La Commission nationale des parents francophones accueille favorablement le rapport du Commissariat aux langues officielles sur la petite enfance

Ottawa, Ontario, 3 octobre 2016 : La Commission nationale des parents francophones  (CNPF) est très heureuse du rapport présenté par le Commissariat aux langues officielles « La petite enfance : vecteur de vitalité des communautés francophones en milieu minoritaire ».

Selon la présidente de la CNPF, Mme Véronique Legault, le rapport démontre clairement l’enjeu vital de la petite enfance pour la pérennité des communautés francophones en situation minoritaire au pays. « Le fait qu’il n’y a pas eu de financement de la part du gouvernement fédéral pour la petite enfance dans les dernières années a grandement désavantagé les parents et les familles qui auraient aimé inscrire leurs enfants dans des garderies francophones. Les listes d’attente pour des services de garde en français débordent dans presque toutes les communautés francophones au pays. Les données indiquent ainsi qu’une grande majorité de parents francophones doivent placer leurs enfants dans des services de garde en anglais, ce qui a pour effet de contribuer grandement à la dévitalité de nos francophones au pays ».

La CNPF a recueilli de nombreux témoignages au cours des dernières années démontrant qu’un grand nombre de parents francophones qui n’ont pas le choix que d’inscrire leurs enfants dans des garderies anglophones vont souvent choisir par la suite l’école anglaise pour ne pas nuire au cheminement de leurs enfants qui maitrisent de moins en moins le français. « Pourtant l’étude de Statistique Canada indique que le 2/3 de ces parents auraient préféré inscrire leurs enfants dans des services de garde en français, mais cette option ne se présentait point à eux, indique Mme Legault. Et on sait très bien que lorsque nos enfants passent à l’école anglaise, ils perdent progressivement l’habileté de parler français. »

Les membres de la CNPF se disent également ravis que les enjeux liés à la petite enfance soient bien identifiés à l’intérieur du rapport.  La pénurie de personnel, le manque de formation, l’absence d’infrastructures, le manque de sensibilisation des parents et des fournisseurs de services, combinés à l’absence de financement, constituent les obstacles majeurs au développement de nouvelles places de garderies et à l’accès à un éventail diversifié de services en français destinés aux jeunes enfants et à leurs parents en milieu minoritaire.

Tout comme le Commissariat aux langues officielles, la Commission nationale des parents francophones est d’avis qu’il y a des occasions à saisir et qu’avec le prochain plan pour les langues officielles et le nouveau cadre national pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, le gouvernement fédéral se doit de reprendre le leadership au niveau de la petite enfance au pays et faire en sorte que les francophones puissent reprendre le terrain perdu et se donner ainsi tous les outils nécessaires pour assurer le plein développement des communautés francophones au pays.

La CNPF et toutes ses associations membres sont prêtes à travailler de concert avec les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux pour établir un nouveau cadre stratégique national pour assurer le développement de nouvelles places de garderie pour les francophones au pays.

La Commission nationale des parents francophones (CNPF) est un organisme sans but lucratif dont la mission consiste à regrouper, représenter et appuyer les organismes provinciaux et territoriaux tout en renforçant leur capacité d’accompagner le parent dans son milieu familial et communautaire. La CNPF travaille étroitement avec de nombreux partenaires nationaux qui agissent dans les secteurs de l’éducation, de la petite enfance et de la représentation des communautés francophones et acadienne du Canada.

 -30 –

Renseignements :   

Jean-Luc Racine

Directeur général

(613) 288-0958

info@cnpf.ca