Le moment est venu de mettre en oeuvre les engagements face aux enfants francophones

Pour diffusion immédiate le 3 février 2004 Communiqué de presse LE MOMENT EST VENU DE METTRE EN ŒUVRE LES ENGAGEMENTS FACE AUX ENFANTS FRANCOPHONES Ottawa – La Commission nationale se réjouit de la double valorisation de la dualité linguistique et du développement de la petite enfance dans le premier discours du Trône du premier ministre Paul Martin, présenté le 2 février à Ottawa. Le programme du Gouvernement fédéral laisse présager une mise en œuvre accélérée d’engagements précédents. «C’est la première fois que le gouvernement fédéral accorde autant de place au développement de la petite enfance dans un discours du Trône, souligne la présidente de la Commission nationale, Ghislaine Pilon. C’est un pas dans la bonne direction. L’avenir de nos enfants est en effet, comme l’affirme le gouvernement, l’avenir du Canada. «Dans le même sens, poursuit la présidente, le développement de la petite enfance francophone constitue l’avenir des communautés de langue française en milieu minoritaire. L’inclusion des jeunes familles francophones dans les communautés est une condition critique à l’avenir de la dualité linguistique au Canada.» La Commission nationale applaudit l’intention du gouvernement fédéral de «s’assurer que les groupes minoritaires de langue officielle disposent des outils nécessaires afin que leurs membres puissent contribuer pleinement à l’essor de notre société». La Commission nationale a présenté au gouvernement des recherches, des modèles et des stratégies permettant au Canada de remplir ses obligations en matière de dualité linguistique. Avec ses membres et partenaires, elle s’est donnée comme vision «un accès universel à des services éducatifs de haute qualité au sein de structures communautaires». «Les trois éléments de cette vision sont essentiels, soutient la présidente de la Commission nationale, pour atteindre les résultats que le fédéral s’est fixé dans le Plan d’action pour les langues officielles. Mais onze mois après le lancement du Plan d’action, on attend encore les mesures concrètes qui étaient prévues. On ose espérer que la première année de financement n’est pas perdue.» La Commission nationale rappelle donc au gouvernement la nécessité d’assurer sans délai la mise en œuvre de son Plan d’action, en plus d’accélérer, comme le prévoit le discours d’hier, «l’exécution de projets découlant du Cadre multilatéral pour l’apprentissage et la garde de jeunes enfants». La Commission nationale a accueilli avec enthousiasme la nomination de Madame Liza Frulla à titre de ministre du Développement social. «Nous avons tout de suite eu l’impression qu’elle était très sensible aux enjeux et qu’elle était pleinement engagée envers les enfants, a déclaré Ghislaine Pilon. Nous avons bien hâte de travailler avec Madame Frulla et son équipe.» La Commission nationale appuie les fédérations de parents dans les provinces et territoires dans la promotion d’un milieu familial, éducatif et communautaire favorisant le plein épanouissement des familles francophones en milieu minoritaire.

– 30-

Pour toute information :
La Commission nationale des parents francophones (CNPF)
2445, boulevard St-Laurent, Bureau B182
Ottawa, Ontario
K1G 6C3
CA

Tél. : (613) 288-0958
Tél. 2 : 1-800-665-5148 Sans frais
Téléc. : (613) 688-1367
Courriel : cnpf@cnpf.ca
Web : cnpf.ca

Contact :