Les accords sur l’apprentissage et la garde : pas le moment de reculer!

Communiqué de presse Ottawa – La Commission nationale des parents francophones demande au gouvernement fédéral de ne pas abandonner les accords sur l’apprentissage et la garde de jeunes enfants conclus en 2005 avec les dix provinces. Elle réagit ainsi à l’intention du premier ministre Stephen Harper de supprimer ces accords dès 2007. La Commission plaide en faveur de construire sur les acquis pour répondre toujours davantage aux besoins des jeunes familles canadiennes. « Ces accords sont très importants pour nous, souligne la présidente Ghislaine Pilon. Ils sont l’aboutissement de plusieurs années de travail de la Commission et ses partenaires avec le gouvernement fédéral, et de nos membres avec leurs partenaires d’un bout à l’autre du pays avec leur province; ils tiennent compte des besoins et des priorités des parents francophones, et non seulement en matière de garde. Il est très important d’intervenir directement auprès des jeunes familles, dès la grossesse. » A l’issue d’une vaste consultation, la Commission nationale a produit en 2005 un énoncé de vision stratégique en petite enfance : l’accès universel et abordable à une gamme complète de services de haute qualité en petite enfance au sein de structures communautaires. La recherche internationale démontre qu’investir beaucoup et tôt dans la vie de l’enfant permet non seulement de bien le préparer à la vie scolaire, mais aussi d’assurer la santé et la prospérité collectives à long terme. Il est reconnu que le développement précoce du cerveau permet à l’enfant de grandir en santé, maximisant ses capacités d’apprendre la vie durant et réduisant grandement les dépenses publiques liées à la maladie et à la criminalité. « Les enfants sont notre avenir, ajoute Ghislaine Pilon. Ce qui serait de santé pour le Canada à ce moment-ci, c’est un débat de fond sur l’appui qu’il faut accorder aux enfants et aux parents pour mieux construire le Canada de demain. On a étudié et consulté, on est prêt, les parents francophones, à proposer des solutions. On veut participer sereinement à une discussion qui permettrait au Canada de mettre l’enfant au cœur de son projet de société. » La mission de la Commission nationale est de promouvoir un milieu familial, éducatif et communautaire favorisant le plein épanouissement des familles francophones, acadiennes et métisses du Canada. En matière de développement de la petite enfance francophone, la Commission nationale est l’interlocutrice du gouvernement fédéral et porte-parole des communautés francophones en milieu minoritaire.

– 30 –

 

Pour plus d’informations sur le positionnement des parents francophones, consulter www.cnpf.ca.

Contacts : Murielle Gagné-Ouellette, directrice générale Téléphone : 613.288.0958.