Les effectifs scolaires dans les écoles françaises en milieu minoritaire francophone – Enfin une stratégie nationale de récupération!

Winnipeg – La Commission nationale des parents francophones se réjouit de la publication d’une étude du Commissariat aux langues officielles, le 27 mars, portant sur le renforcement des effectifs scolaires dans les communautés francophones en milieu minoritaire au Canada. L’étude préparée par la socio-linguiste Angéline Martel reprend un thème cher à la CNPF, celui de réunir dans les écoles françaises, autant que possible, tous les enfants de parents visés par l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. En effet, il y a plus de dix ans, la CNPF et ses partenaires s’étaient donnés comme tâche de récupérer 90 % de ces effectifs avant l’an 2000. Hélas, cet objectif n’a pas été atteint, nos bénévoles n’ayant pas les moyens de leurs ambitions. Mais aujourd’hui, les écoles françaises sont en place partout et des conseils scolaires assument la gestion de ces écoles. Il n’y a plus d’obstacle majeur à une initiative des partenaires dans ce sens. «La CNPF croit que l’école joue un rôle fondamental dans la continuité linguistique, a déclaré la présidente de la CNPF, Colleen Soltermann. L’éducation est en effet la pierre angulaire du développement des communautés. Et les conseils scolaires francophones ont un rôle fondamental à jouer dans ce développement.» «Il reste que le choix d’inscrire ou de ne pas inscrire à l’école française se fait dans les premières années suivant la naissance d’un enfant. Il est donc essentiel qu’une sensibilisation se fasse à partir de ce moment auprès des jeunes parents. Certains outils ont été développés par la CNPF et ses fédérations provinciales cependant nous devons continuer ce développement avec nos partenaires éducatifs et communautaires. On est tout à fait prêt à collaborer dans un plan de récupération. » Pour la CNPF, il est essentiel que tous les partenaires concernés par le développement des communautés participent à la mise en oeuvre de la stratégie proposée par Angéline Martel. Dans la même veine, il est crucial que les gouvernements provinciaux et fédéral soutiennent financièrement tous les efforts qui sont dirigés dans les programmes axés vers la petite enfance et la francisation afin que l’on puisse augmenter les effectifs scolaires et appuyer les familles francophones et les parents de familles exogames. La CNPF regroupe des organismes membres dans 11 provinces et territoires. Sa mission est de promouvoir l’établissement d’un milieu familial et éducatif favorisant le plein épanouissement des familles francophones du Canada.

– 30 –

Source : Murielle Gagné-Ouellette, directrice générale : (204) 231-1371